Découvrez l'exposition "The Most Important Thing" à Paris Gare de Lyon jusqu'en novembre 2017

Brian Sokol

Jusqu’en novembre 2017, découvrez à Paris Gare de Lyon une exposition poignante présentant les portraits de réfugiés venant de différentes régions du monde. Cette exposition est réalisée en partenariat avec l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR)

Rubriques associées :
Culture, Exposition

« Qu’emporteriez-vous si vous deviez soudainement fuir votre foyer ? »

C’est la question qu’a posée le photographe américain Brian Sokol, en mission avec le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, à des réfugiés de différentes régions du monde, notamment du Soudan, de la République centrafricaine, du Mali, d’Angola et de Syrie. Cette exposition présente une série de portraits de réfugiés posant avec l’objet le plus important qu’ils ont emporté avec eux lorsqu’ils ont fui leur pays. Les Soudanais ont emporté des objets, qui leur ont permis de rester en vie au cours de leur long périple, tels qu’une marmite, des bouteilles en plastique ou des paniers. Les Syriens et les Angolais ont saisi dans l’urgence des objets qui ont une valeur sentimentale, comme la veste d’un costume, un instrument de musique ou un portrait. Les Centrafricains ont apporté des objets de leur quotidien, tels qu’un cahier d’école, une sandale ou un filet de pêche. Quant aux Maliens, ils ont emporté des objets qui expriment leur attachement à leur identité culturelle.

Qu’est-ce que le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) ?

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), créé en 1951, a pour mission de protéger, soutenir et trouver des solutions pour les réfugiés, les déplacés internes et les apatrides. L’Agence compte près de 10 700 employés présents dans 128 pays. Depuis sa création, elle a aidé plus de 50 millions de réfugiés à commencer une nouvelle vie. Les déplacements forcés causés par les conflits et la persécution ont atteint le plus haut niveau jamais enregistré : à la fin 2016, 65,6 millions de personnes auront été déracinées à travers le monde, soit 300 000 personnes de plus que l’année précédente. Au-delà de ses programmes d’aide humanitaire, le HCR s’efforce de permettre aux réfugiés de reconstruire leur vie au plus vite et de trouver des solutions pour leur avenir. L’apprentissage des langues, la reconnaissance de leurs qualifications et de leurs diplômes et l’insertion professionnelle sont essentiels pour faciliter leur intégration dans les sociétés qui les accueillent, sur les plans économique, social et culturel. A cet égard, les études menées sont éloquentes : les réfugiés contribuent à l’économie d’un pays quand la possibilité leur est offerte de travailler et de s’intégrer.

Qui est Brian Sokol ?

Brian est un photographe qui a vécu la moitié de sa vie à l’étranger, d’abord en Asie du Sud, puis en Afrique centrale. Son travail se concentre sur les populations civiles déplacées de force pour des raisons politiques ou environnementales. Ses photographies sont régulièrement publiées dans des publications telles que Time Magazine, le New York Times, Harper’s et National Geographic. Lancé en 2011 en collaboration avec le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés le projet « The Most Important Thing », a été exposé dans de nombreux pays.