Les rencontres d'Arles, festival de photographie de renommé mondial, à découvrir dans 4 gares jusqu'au 24 septembre

SNCF Gares & Connexions - David Paquin

SNCF Gares & Connexions et le festival des Rencontres d'Arles s'associent une nouvelle fois pour vous faire découvrir l'édition 2017 dans 4 gares. 

Rubriques associées :
Culture, Exposition

Les gares de Paris-Gare de Lyon, Marseille Saint-Charles et Arles accueillent l'exposition jusqu'au 24 septembre

Avec 40 expositions, près de 250 photographes et artistes de tous horizons, 30 commissaires, 25 lieux d’exposition dont deux espaces inédits ouverts pour la première fois au public en 2017, Les Rencontres d’Arles entraînent les visiteurs, amateurs et passionnés, petits et grands, à travers le territoire pour (re)découvrir les grands noms de la photographie et les talents de demain.

Le parcours de cette 48e édition vous mènera de l’Amérique Latine à la Perse d’aujourd’hui, des rives du Bosphore à la frontière syrienne en passant par les caravanes arlésiennes, vous initiera au regard oblique de la photographie iranienne, vous confrontera à l’immensité du paysage russe, vous immergera au milieu de la nouvelle génération espagnole. Photographes enquêteurs, étonnants collectionneurs, artistes révélateurs de sociétés en plein bouleversement…tous vous donnent rendez-vous à Arles tout l'été et ce jusqu'au 24 septembre, date de fin du festival.

SNCF Gares & Connexions, partenaire fidèle des Rencontres, met de nouveau cet été leur programmation en valeur dans les gares d’Arles, Paris-Gare de Lyon et Marseille Saint-Charles.

Une partie inédite de l'exposition en exclusivité à Avignon-TGV

La gare d’Avignon TGV devient pour la première fois un lieu d’exposition à part entière du festival, où les voyageurs peuvent découvrir en exclusivité et en avant-première le travail du jeune photojournaliste suisse Niels Ackermann et de Sébastien Gobert, issues de leur série Looking for Lenin.
Depuis mai 2015, Lénine est officiellement rayé de la carte d’Ukraine. Ce pays avait autrefois la plus forte densité de monuments dédiés à l’icône de la Révolution bolchevique. L’Ukraine a voulu se libérer drastiquement de son héritage soviétique et de ses symboles honnis. Les quelque 5 500 statues qui y avaient été érigées à l’époque de l’Union soviétique ont été renversées, décapitées, démontées et jetées dans un coin – ou préservées secrètement en lieu sûr. Mais peut-on faire ainsi table rase de son passé ?

Curieux de savoir ce que sont devenues les statues de Lénine en Ukraine, Niels Ackermann et Sébastien Gobert ont mis à jour de curieuses histoires et certains vestiges. Mais aussi d’étranges métamorphoses du leader bolchevique : Lénine peut être raillé tel un spectre, ravalé au rang de jouet, vendu comme matière première ou jeté parmi les détritus. En prolongement de l’exposition des Rencontres d’Arles, la présentation de la série Looking for Lenin en gare d’Avignon TGV rend compte de la destinée singulière de ce héros déchu.

Venez découvrir ce festival en gare de Arles, Paris-Gare de Lyon, Marseille Saint-Charles et Avignon-TGV jusqu'au 24 septembre !

SNCF Gares & Connexions - David Paquin
sur 3