LES ROSACES DE LA GARE DE PARIS-EST FONT PEAU NEUVE

Rosace Alsace Mathieu Lee Vigneau

Depuis le mois de septembre 2012, les rosaces de la gare de Paris-Est sont de nouveau visibles des voyageurs et des passants. Les façades de la gare étant inscrites à l’inventaire des Monuments Historiques depuis 1984, il était indispensable de les rénover.

Rubriques associées :
Travaux, Les gares se transforment

RETOUR SUR LES TRAVAUX

Les travaux des 2 rosaces de la gare de Paris-Est réalisés depuis le mois de novembre 2011, auront duré 11 mois. Les éléments de structure étaient fissurés, rouillés et les vitres cassées; conséquence d’un important vieillissement. Ils n’étaient plus ancrés suffisamment pour garantir la stabilité.

Le travail de rénovation a consisté à décaper l’ossature, réparer les éléments de structure, remplacer le vitrage par du verre étiré recuit et refaire la peinture (RAL 7033). Des bâches de protection ont été installées durant toute la durée des travaux de part et d’autre des rosaces.

Par ailleurs, la vitesse du vent était surveillée quotidiennement afin d’assurer la sécurité des voyageurs. Ainsi, l’accès à la mezzanine était interdit au-delà de vents supérieurs à 92 km/h.

UNE GARE HISTORIQUE

L’origine de la gare de Paris-Est remonte à l’inauguration le 1er décembre 1850 de l’embarcadère de Strasbourg imaginé par l’architecte François Duquesney. Il comprenait 4 pavillons de 3 niveaux chacun, reliés entre eux par des galeries à arcades. Depuis l’extérieur, le bâtiment en pierre permettait d’apercevoir la halle de fer et de verre grâce à un tympan vitré en rosace.

En 1925, la gare se devait d’être agrandie car elle accueillait 17 millions de voyageurs par an. Le projet retenu se composait du raccourcissement des bâtiments existants du côté des voies et du doublement de la gare vers l’Est. D’où le développement sur 350 mètres de long de 2 pavillons : celui d’Alsace datant de 1847 et celui de Saint-Martin, de 1931.

Les 2 rosaces de la gare de Paris-Est datent pour celle du hall d’Alsace, en fonte moulée, de 1855 et celle du hall Saint-Martin, essentiellement en acier doux, de 1935. Faisant partie de notre patrimoine architectural, leur rénovation a permis de redonner à la gare toute sa splendeur.

Rosace Alsace Mathieu Lee Vigneau
sur 2
En savoir plus

Travaux

EVENEMENT DU 5/09/2019 AU 2/03/2020